Marcel BREUIL & KIRI le clown

Marcel BREUIL & KIRI le clown

 

Marcel Breuil (1920 – 2002)

Une carrière dans le cinéma d’animation et la publicité

Connaissez-vous KIRI le Clown ?

Si vous avez plus de 60 ans, vous l’avez sûrement vu à la télévision en 1966. Sinon demandez à vos grands parents, ou vos arrières grands parents, ce nom leur rappellera des souvenirs…. Ses aventures étaient diffusées tous les jours sur la 1ère chaine de l’ORTF, et rassemblaient des millions de personnes devant leur petit écran.

A cette époque la télévision n’existe pas encore depuis très longtemps et coûte très cher. Alors il faut parfois aller chez un voisin ou une tante, pour pouvoir la regarder…. Mais la série rencontre un immense succès. Les histoires et les personnages ont été imaginés par le réalisateur d’origine hongroise, jean image, mais c’est Marcel Breuil habitant de Fontenay-Saint-Père qui a fabriqué marionnettes et décors, et qui animait, image par image, devant la caméra durant de jours et de nuits entières Kiri et ses amis, pour leur donner vie à l’écran : C’était les débuts des séries d’animation à la télévision.

Né en 1920, Marcel Breuil s’est intéressé très tôt au cinéma : enfant, il va voir les films de Charlot alors que le cinéma était encore muet ! Mais en 1937, un film va tout changer : Blanche Neige et les sept nains de Walt Disney est le premier long métrage de l’histoire du cinéma, mais aussi le premier film en couleur !

Marcel est doué en dessin et sait qu’il a trouvé le métier qu’il veut faire : réaliser des dessins animés. Au début des années 40, il se rend à Paris, et commence à travailler dans des « studios d’animations », ou des équipes entières réalisent les premiers dessins animés français. C’est encore la guerre et Marcel va devoir interrompre ses débuts pour faire son service militaire dans une caserne de Marseille, où il fera surtout…des peintures !

Après la guerre il reprend son travail dans les studios de dessins animés. Il va alors réaliser de nombreux films publicitaires. Dans les années 50, les publicités projetées dans les salles de cinéma ont d’important budgets, qui permettent par exemple, de faire des films en couleurs, ce qui coûte très cher.

Dans ces années-là, Marcel Breuil va également débuter sa collaboration avec Jean Image, en faisant partie de son équipe. En 1953, le film Jeannot l’intrépide est le premier long métrage animé français.

A la fin des années 50, Marcel Beuil va changer de technique d’animation. Il abandonne peu à peu le dessin animé traditionnel pour se spécialiser dans les films d’animation avec des marionnettes. Entre 1956 et 1958 il va travailler à Madrid, où certains films publicitaires qu’il réalise remportent des prix.

A son retour en France, il deviendra salarié d’une société appelée France Ecran, spécialisée dans les publicités pour le cinéma. Il y réalisera dans les années 60, ses projets les plus ambitieux, comme la publicité Martell, pour laquelle il a reconstitué la cour du roi Louis XIV à Versailles avec des bouteilles de cognac. Ce film a d’ailleurs remporté un prix au festival de films publicitaires de Cannes.

 

 

 

Marcel Breuil prendra sa retraite à la fin des années 80, la publicité a alors beaucoup évolué et laisse de moins en moins de place à l’animation. Il continuera de suivre avec intérêt les évolutions technique du monde du cinéma d’animation avec notamment l’arrivée, dans les années 90 des films réalisés en images de synthèse.

Retrouvez l’intégralité de l’exposition dans le hall d’accueil de la Mairie